Police

En salle le

2 septembre 2020

De

Anne Fontaine

Avec

Virginie Efira, Omar Sy, Grégory Gadebois

Genre

Policier (1 h 38)

Virginie, Erik et Aristide, trois flics parisiens, se voient obligés d’accepter une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Sur le chemin de l’aéroport, Virginie comprend que leur prisonnier risque la mort s’il rentre dans son pays. Face à cet insoutenable cas de conscience, elle cherche à convaincre ses collègues de le laisser s’échapper.

Virginie efficace

Décidément très grande actrice, Virginie Efira est le moteur dramatique et émotionnel d’un thriller particulièrement intense.

Qu’est-ce qui vous a poussée à accepter de devenir la femme flic de « Police » ?

Virginie Efira : C’est Anne Fontaine, c’est son scénario : j’en aimais la structure, très forte, et l’économie des dialogues à l’intérieur, très banals en apparence mais qui nous font comprendre qu’ils ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Virginie, votre personnage, est le déclencheur le tsunami qui va bouleverser la vie de ces trois policiers chargés de ramener un demandeur d’asile à l’aéroport…

Elle transgresse une première règle en ouvrant le dossier du réfugié et déroge à une deuxième en instillant le doute chez ses collègues. Doivent-ils vraiment emmener cet homme à la mort ? Elle n’aurait pas agit comme cela si elle-même n’était pas en position de prendre des décisions vitales. Elle est enceinte et va sans doute avorter. Comment s’arrange-t-elle avec ses valeurs ?  Comment ne serait-elle pas sensible à l’autre dont la vie tient elle aussi à un fil ? Ses propres problèmes la renvoient à des questions existentielles et l’autorisent à réveiller la conscience de ses partenaires.

©Thibault Grabherr
©Thibault Grabherr

Comment êtes-vous devenue Virginie ?

J’avais besoin d’apprendre des choses très concrètes, comment menotter quelqu’un, comment faire les gestes usuels de ce métier. L’uniforme m’a aidée, aussi : comme je suis fumeuse, j’allais souvent me promener seule hors du plateau et j’ai compris à quel point on pouvait se sentir vulnérable dans ce costume. J’ai ai également rencontré des commissaires de police : leur parcours individuel m’a intéressée, mais j’ai préféré puiser le personnage en moi.

Son statut de femme représente-t-il une difficulté supplémentaire ?

Il y en a beaucoup dans la police, j’en ai souvent croisé en me rendant aux séances d’entraînement dans les locaux. Comme Virginie dans le film, elles se font chambrer sur le mode : « Deux policières, ça fera un bon policier », « T’as tes règles ? »… J’aimais d’autant plus l’idée que Virginie réussisse à rendre sa pensée contagieuse. C’est assez féministe.

L’INFO EN +

Avant Virginie Efira, Marlène Jobert dans « Dernier domicile connu », Annie Girardot dans « Tendre poulet », Miou-Miou dans «La Femme flic » et Nathalie Baye dans « Le Petit lieutenant » ont été les policières vedettes les plus marquantes du cinéma français.